BTV4: Toute la France est maintenant en zone réglementée

 

Depuis le 01 01 2018 la France continentale est passée en Zone Réglementée FCO BTV 8 et 4
Cette  décision fait suite à la détection de plusieurs nouveaux cas BTV4 :
  • des foyers détectés dans les départements de l’Ain (01), de la Haute-Saône (70), de la Saône-et-Loire (71) et du Jura (39).
  • 1 cas importé, en lien direct avec un élevage du périmètre interdit en proximité d’un foyer, a été détecté dans le Maine et Loire (49).

 

Plusieurs suspicions sont en attente de confirmation dans les départements de la Haute-Saône (70), de l’Isère(38), de l’Ain (01), de la Savoie (73), de l’Yonne (89), de Seine-et-Marne (77), de la Vienne (86) et de la Loire (42). Alors qu’il faut noter l’absence de signe clinique observé, tant chez les bovins que chez les petits ruminants (ovins et caprins), toutes les nouvelles détections font suite à des analyses réalisées dans le cadre de la surveillance (élevages en périphérie ou bovins issus d’élevages en périphérie de cas confirmé).

 

En Haute Savoie, une circulation active depuis plusieurs mois

Les contrôles de surveillance réalisés depuis novembre 2017 indiquent une circulation active du virus en Haute Savoie au moins depuis mai 2017. 8731 bovins sont sortis depuis avril 2017 d’élevages en proximité (élevages dans un périmètre de 20 km) de cheptels détectés positifs au BTV4 de Haute-Savoie vers 1059 élevages situés dans 65 départements : les analyses effectuées à ce jour (sur 40% de ces animaux) ont mis en évidence des cas suspects ou confirmés.

Certains des bovins issus de ce périmètre (20Km autour d’un foyer), ont été à l’origine d’une circulation virale dans d’autres départements (circulation active avérée depuis à minima septembre 2017 dans l’Ain). Le virus semble donc diffuser rapidement.

 

L’administration, en accord avec le CNOPSAV, décide l’extension de la zone réglementée BTV4

A la connaissance de ces éléments, et sur avis de l’ANSES (Agence Nationale de Sécurité Sanitaire de l’alimentation), l’objectif initial d’éradication a été revu car non réalisable.
Par conséquent, les éléments d’épidémiologie et l’analyse coûts-bénéfices a conduit à renoncer à la stratégie initiale d’éradication au profit de l’extension de la zone réglementée BTV4 à l’ensemble du territoire continental ainsi qu’une priorisation de la vaccination à certaines catégories d’animaux (ovins, échanges, exports…).
Le CNOPSAV a validé cette évolution lors de sa réunion du 21 décembre.

 

Quelles sont les conséquences de cette décision, à compter du 01 janvier 2018?

Vaccination > la vaccination BTV4 devient volontaire, comme pour le BTV8. Les doses achetées par l’État pour vaccination obligatoire en ZR BTV 4 seront mises à disposition gratuitement aux éleveurs jusqu’à épuisement des stocks puis seront ensuite payantes. Les frais des honoraires du vétérinaire pour la réalisation de la vaccination restent à la charge de l’éleveur.

Mouvements d’animaux sur le territoire national continental > les animaux peuvent circuler sans contrainte spécifique vis-à-vis du BTV4, comme c’est déjà le cas pour BTV8,

Mouvements d’animaux pour l’export > il n’y aurait pas d’impact majeur pour les échanges avec Italie et Espagne qui représentent près de 80% des flux d’animaux français (information du bureau export DDCSPP 56) > des négociations sont actuellement en cours avec les pays tiers et notamment l’Algérie.